Facile, rapide et gratuit

Créez votre site maintenant

Je crée mon site

Mandalas : symboles de l'harmonie géométrique de l'Espace-Temps

"Vénus" de Julie Conton

QU'EST-CE QU'UN MANDALA ?

Mandala, terme générique venant du sanskrit, signifie "cercle". Les mandalas sont des dessins contemplatifs, géométriques, symétriques, circonscrits par un cercle.

Dans les différentes traditions du monde, ce sont des dessins mystiques, symboles d'énergies cosmiques. Ils peuvent être utilisés comme support de méditation ou d'harmonisation. Présents aux quatre coins du globe dans les cultures indienne, tibétaine, amérindienne, aborigène, océanienne, africaine, celtique, musulmane, occidentale, dans les rosaces des cathédrales par exemple, les mandalas sont une représentation symbolique de l'harmonie cosmique.

Selon les enseignements du philosophe, mathématicien et astrologue Pythagore de l'Antiquité grecque, "le Nombre est la loi de l'Univers", la géométrie sacrée est la voie royale de la connaissance, ce qu'exprima Platon, son disciple, en écrivant : "les nombres sont le plus haut degré de la connaissance."

Toutes les traditions ont donné naissance à des mandalas car la géométrie est un langage universel. Le cercle représente la perfection, l'unité divine.

Dans un mandala, les symboles et les énergies des nombres s'allient également aux symboles et aux énergies des couleurs ou des représentations graphiques. A chacun de percevoir, ressentir, faire silence...

Un regard nouveau sur le sens métaphysique des mandalas

Gérard et Julie Conton

Traditionnellement, les mandalas sont des formes harmoniques propices à la contemplation, la méditation, en relation avec la symbolique divine ou cosmique.

 

Ce qui n'est pas connu actuellement, et qui fait l'objet de nos recherches, est le fait que les mandalas sont symboles des mémoires, des dates, de la temporalité, organisées selon un ordre géométrique.

Ainsi, derrière les différentes pointes des polygones réguliers inscrits dans les mandalas, on peut mettre en évidence des dates en relation les unes avec les autres, et ceci aussi bien à l'échelle mondiale, historique, qu'à plus petite échelle, celle d'un individu.

Des événements, des dates ayant des relations significatives entre elles sont des dates liées par une relation de cause à conséquence, d'opposition, de similitude, de parenté etc...

Pour bien comprendre le "décodage" de ces mémoires humaines (terrestres), il faut prendre en compte le cycle de la Terre autour du Soleil en 1 an, 365 jours (ou 366). A chaque point du cercle zodiacal, ou cercle des saisons, correspond une date de l'année, quasiment la même d'une année sur l'autre. Ainsi le 21 décembre, solstice d'hiver, correspond au 0° Capricorne, le 21 juin, solstice d'été, correspond au 0°Cancer. Le cercle zodiacal n'est ici qu'un repère spatio-temporel mettant en exergue le cycle de la Terre autour du Soleil en un an. Par conséquent, la précession des équinoxes n'intervient pas ici et ne remet pas en cause la justesse des mandalas temporels.

Un des mandalas fondamentaux dans la tradition est précisément le zodiaque des saisons (voir certaines illustrations ci-dessous)

Montrer que les dates-mémoires humaines s'organisent de manière géométrique, que l'histoire individuelle, familiale et collective trace des mandalas temporels, est révolutionnaire.

Dans le sillage de C. G. Jung, qui avait mis en avant les notions d'inconscient collectif et de synchronicité, nous poussons plus avant en montrant que cet inconscient collectif (1) est géométrisé.

 

Le mandala est bien plus qu'un dessin contemplatif, il symbolise le Temps dans sa structure même. C'est une clef de Connaissance. Le mandala est au carrefour du Temps et de l'Espace. Et l'Espace-Temps n'est-il pas un nom "scientifique" de Dieu ?

 


voir le site www.conton.memoiresdumonde.sitew.com

 

 

(1) L'inconscient collectif est, selon la formule de Jung, "le dépôt constitué par toute l'expérience ancestrale depuis des millions d'années, l'écho des évènements de la préhistoire, et chaque siècle y ajoute une quantité infinitésimale de variation et de différenciation."

Mandala de Vairocana, Tibet, XVIème s.

EXTRAITS DES RACINES DE LA CONSCIENCE DE CARL GUSTAV JUNG

"L'expérience enseigne que le "cercle magique", le mandala, est l'antidote utilisé de toute antiquité dans les états d'esprit chaotiques."

 

"Il s'agit d'une forme fondamentale relativement simple dont on peut dire qu'elle possède une signification "centrale". Bien que le mandala apparaisse comme la structure d'un centre, la question demeure indécise de savoir si, à l'intérieur de la structure, l'accent sera mis sur le centre ou sur la périphérie, sur la division ou sur l'aspect indivis."

 

"Depuis toujours le cercle et le centre sont un symbole de dieu qui illustre la totalité du dieu incarné : le point unique au centre, les points multiples à la périphérie. La circummanbulation rituelle s'appuie souvent de façon consciente sur la similitude cosmique de la rotation du ciel stellaire, de la "ronde des étoiles", idée que renferme encore l'antique comparaison des douze disciples aux signes du zodiaque, de même que les représentations assez fréquentes du cercle zodiacal, devant l'autel ou sous la croisée du transept."

 

"Un mandala est un symbole du Soi. (...) Le Soi n'est certes pas le moi, mais une totalité placée au-dessus de lui qui embrasse la conscience et l'inconscient. Mais comme ce dernier ne possède pas de limites déterminables et qu'il est en outre, dans ses couches plus profondes, de nature collective, il ne peut pas non plus être distingué de celui d'un autre individu. Par suite, il constitue la "participation mystique" présente partout et toujours, l'unité de la multiplicité, l'homme unique en tous."

Peinture tibétaine, vers 1800, gouache sur tissu

Royaume de Shambala, Tibet, XIXème s.

Sri Yantra. Népal, vers 1700, gouache sur tissu

Mandala de Shri Hevajra, Tibet, XVIIème s.

Mandala de Sitâtapatrâ

Quelques exemples de mandalas qui sont des zodiaques :

"Le livre des oeuvres divines", Hildegarde de Bingen, manuscrit en latin du XIIIème siècle

Manuscrit médiéval

Table des hommes illustres, manuscrit en latin du XVIIème

Breviari d'amor, Matfré Ermengau, milieu du XIVème

Atlas catalan, manuscrit en espagnol du XIVème

Portulan de Coligny

manuscrit en latin du XVIème siècle

Manuscrit en latin

 

Au-delà du chaos des apparences, il existe des myriades de mandalas spatio-temporels qui sous-tendent et structurent l'inconscient collectif, la mémoire collective, l'histoire individuelle aussi bien que mondiale.


Julie Conton

Gérard et Julie Conton

Gérard Conton est né le 31 décembre 1954, à Paris, Julie Conton est née le 18 décembre  1973 à Talence, ils sont chercheurs, écrivains, conférenciers, philosophes.

Ensemble, ils renouvellent l'astrologie en créant l'astrologie des roues de mémoires et des ondes de forme, tout en reliant avec la tradition antique pythagoricienne et platonicienne. Ils apportent un regard neuf sur le concept même du Temps et de l'Histoire.

Conciliant l'esprit scientifique et l'esprit d'analogie, l'astronomie et l'histoire, la philosophie, la spiritualité, ils ouvrent une voie nouvelle.


Livre publiés, éditions Mémoires du Monde :

www.conton.memoiresdumonde.sitew.com


L'Architecture des Mémoires, géométrie métaphysique et temporalité, Gérard et Julie Conton, 180 p.

Le Zodiaque de Cordes sur Ciel, clés symboliques d'une bastide cathare du XIIIème siècle, Julie et Gérard Conton, 100 p.

Les Runes, écriture sacrée en Terre du Milieu, de Julie Conton, 404 p.

L'Ogham celtique ou le symbolisme des arbres, Julie Conton, 392 p. (novembre 2014)

Henri de Toulouse-Lautrec ou les Labyrinthes du Temps, Gérard et Julie Conton, 424 p., novembre 2015